navigation :

Bonjour à tous, je passe moins de temps sur internet... et je cesse donc l'activité de ce blog. 
Reste les archives.
Image Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.us

dimanche 6 mai 2007

Maintenant, assumons SARKO


Nicolas Sarkozy,
élu.

Il ne s'agit pas de dire "tu as vu j'avais raison, il est passé".
Il s'agit de réflechir, comment Sarkozy a-t-il pu passer ?

Maitenant, la division commence, et la banlieue commence déjà à protester.

6 commentaires:

thalys a dit…

La division existe déjà : les pauvres et les riches!
Ca ne change pas depuis le début de l'humanité, et finalement, on n'a pas évolué.
Maintenant, ça va être la suspicion, la guerre entre les gens suivant leur appartenance sociale.
C'est vrai qu'il serait bien de comprendre pourquoi il a été élu? Comment cela s'est fait.
Les médias ont joué un rôle énorme dans cette histoire; ça sent la manipulation!
Quand Hitler est passé au pouvoir, tout le monde s'est posé la question de savoir comment c'était possible!
Et après la guerre, tout le monde disait : "plus jamais ça"...
Et voilà, aujourd'hui....

zarawhites a dit…

quand Bush a été élu, la guerre a éclaté, les tours aussi...j'ai peur, mais j'ai encore plus envie de me battre!

exeworld a dit…

Ben c'est une énorme manipulation.
Mais que pouvons-nous réelement CONTRE des puissances énormes ? Des puissances qui encadrent MR Sarkozy ?

Raksha a dit…

Oui, une manipulation énorme, comme je l'avais expliqué dans ma lettre ouverte, Sarko tient touts les médias (sauf le net pour le moment !!) dans la main..Et les Français (pauvres cons) gobent tout ce que leur dit la télé..J'ai honte, j'ai mal, j'ai la rage...
Mais bon, continuons le combnat sans tomber dans la violence !

exeworld a dit…

Oui, si des associations comme Greenpeace réussissent, c'est par la non-violence.
Donc il faut faire pareil.

seb a dit…

Comment ? mais avec la propagande, bien sûr ! Ce que nous pouvons faire, c'est les regarder s'encastrer dans les murs, et les vaincre aux prochaines élections. En attendant, ramassons-nous sur nous mêmes, prêt à bondir.